Actualité, Coup de gueule

Depardieu, ce zombie

19 juin 2015, 1
Depardieu, culture, france, musique, génération

Depardieu démontre à lui tout seul ce qui ne va pas en France. J’avoue que ce titre et cette phrase d’accroche peuvent laisser à supposer que je vais me permettre de le critiquer, mais il en est tout autre.

« C’était mieux avant ». Combien de fois a-t-on entendu cette phrase ? Mais pour affirmer cela, il faut avoir un point de comparaison antérieur au présent, et une expérience qui s’étale sur une durée suffisamment longue pour réaliser cette évolution. Ou de la culture. De culture avec un gros Cul !

Si je traite Depardieu de zombie, c’est qu’il est le vestige (ou le mort vivant) d’une époque passée où le ministre de la culture était un certain Malraux (que l’on peut critiquer sur les finalités de son ministère d’État chargé des Affaires Culturelles afin de détruire l’éducation populaire, mais c’est une autre histoire), les idoles du cinéma français des Gabin, des Louis de Funès, des Belmondo, des Pierre Richard et les critiques ou humoristes des Desproges ou Coluche. Bon, j’admet que je couvre une large période historique pendant laquelle tout n’était pas d’une valeur hautement culturelle à chaque instant (Lang par exemple) et que beaucoup de cette époque ont contribué à la merdasse actuelle.

L’image du français moyen, comme il était encore vu par les étrangers il y a 20 ans, était celui du bon vivant. Fumeur, buveur, bon mangeur, baiseur, gueulard, courageux, révolutionnaire et n’hésitant pas à mettre ses pieds sur la table ou à bousculer les idéaux ou les personnes pour se faire entendre. Mais aussi paradoxalement raffiné, fin gourmet, cultivé, séducteur, intelligent, poli, lettré, etc.

Beaucoup me diront « ah oui mais qu’est ce qui a changé alors ? ». Et bien je ne vais pas analyser point par point mais il existe un dicton qui dit : le peuple a le gouvernement qu’il mérite et le choisit à son image. Ainsi, pour comprendre un pays et sa population il suffit de voir celui et ceux qui le représentent sur la scène internationale.

Il ne suffit pas de savoir lire pour être lettré, ou se contenter de la sélection pour l’été de Télérama. Il ne suffit pas de connaître deux ou trois faits scientifiques accompagnés de deux ou trois citations attribuées de manière hasardeuses à tel ou tel penseur et qui sont le plus souvent reprises par des idiots pour faire croire à leur audience qu’ils leurs sont supérieurs. Il ne suffit pas de différencier une viande de porc ou une viande de bœuf une fois en bouche pour se réclamer fin gastronome. Il ne suffit pas d’appuyer sur son klaxon comme un furieux pour s’estimer rebelle et révolutionnaire. Il ne suffit pas d’aller manger un hamburger pour ensuite aller se faire péter le foi au PMU à coups de Ricard pour se sentir bon vivant. Il ne suffit pas de s’auto-proclamer philosophe pour en devenir un (Sic. BHL).

Bref, la perte de valeurs, de repères, d’idoles (tel que celles citées plus haut) ou de grands penseurs contribue lentement, mais surement, à la dégénérescence de toute une population, la menant à voter pour un « Moi président normal » incarnant un pays sans fondement, sans saveur, sans but et sans avenir.

Aujourd’hui les jeunes (bordel que je me sens vieux malgré mon jeune âge) n’ont plus que comme modèles que des Booba, des Justin Bieber, des Lady Gaga, des One Direction, des Kev Adams et autres (qui se souvient encore de Tokyo Hotel et de l’éphémère mode de la Tecktonik ?). Attention, je ne dis pas que tout n’est que déclin nous conduisant tous à une énorme partouze où nous nous violerons mutuellement dans les ruines de Sarajevo, mais les rares perles d’aujourd’hui sont cantonnés pour l’immense majorité à créer via les médias alternatifs, et il est important de faire le tri en permanence.

Mais on pourrait aussi faire une comparaison sur une plus grande période. Molière est au XVIIème ce que Jean-Marie Bigard est au XXIème. Le marquis de Sade est au XVIIIème et XIXème ce que « 50 Shades of Grey » est au XXIème. Un Diderot est lui aussi au XVIIIème ce qu’un BHL est au XXIème.

On va m’accuser d’eugénisme…

Faisons une comparaison :

Avant

Sting – Shape of my heart

ACDC – Thunderstruck

Eminem – Loose yourself (toujours d’actualité pour relever le niveau)

Dream On – Aerosmith

Wednesday Morning 3AM – The Sound of Silence

Paul McCartney – Try Not to Cry

Maintenant

One Direction – Steal my Girl

Iggy Azalea – Fancy

Justin Bieber et Niki Minaj – Beauty And A Beat

Miley Cyrus, Wiz Khalifa, Juicy J – Mike Will Made it 23

Booba – LVMH

J’ai fait en sorte de ne sélectionner que des idoles auxquelles une ou des générations se sont identifiées ou s’identifient toujours. Je vous avoue que pour la catégorie « maintenant », je me suis fait une saignée des oreilles et des yeux avant de purifier mon historique de navigation pour n’en laisser aucune trace. D’ailleurs pour le p’tit dernier, Booba, j’ai adoré son passage au Grand Journal sur Canal+ qui eut l’idée d’inviter en même temps Eminem sur le plateau pour une performance sur « Berzek » afin de faire un petit clin d’œil au gros Booba « assieds-toi là petit, on va te montrer ce qu’est du vrai rap ».

Pas très content de se faire piquer la vedette :D

Mais heureusement, certains artistes savent toujours produire des choses délaissant la soupe insipide dans le caniveau de l’Art du XXIème. Je ne sélectionne que de la musique car c’est assez représentatif de l’Art et je doute que vous vouliez regarder une quinzaine de films pour le réaliser.

John 5 – Noche Acosador (Délaissant son traditionnel ampli à saturation pour sa guitare sèche)

Macklemore & Ryan Lewis – Cant Hold Us (on aime ou on n’aime pas, mais il faut avouer que ce clip en particulier est plutôt bon)

Seryoga – Kukla (rappeur russe qui a malheureusement dévié dans un rap gros sale avec avec comme seul critère le beat balancé)

Il faut comprendre également qu’une génération (sociologiquement parlant) regroupe toute personne née durant un laps de temps étalé sur 25 ans. Personnellement, je ne me reconnais pas chez mes aînés de 10 ans… La musique que j’écoute, ou les films que je regarde sont influencés bien sûr par la période à laquelle j’ai grandi, mais également selon une comparaison entre ce qui se faisait avant et ce qui se fait maintenant. Là où je veux donc en venir, c’est qu’en faisant descendre la « BARRE » de plus en plus bas il ne faut pas s’étonner d’avoir une jeunesse de dégénérés mentaux traitant Tocqueville de fils de pute et l’invitant à aller pratiquer des relations incestueuses à tendance homosexuelle après avoir découvert son existence seulement le jour du BAC. D’ailleurs, je ne suis pas sûr qu’ils aient pour la majorité compris qu’il est mort depuis un bon moment…

Pour revenir à Depardieu qui est pour moi un mort vivant d’une France en décomposition, son départ en Russie eut le même effet que l’annonce de sa mort. Entre le chef du gouvernement qui se permet de le traiter de minable, divers pseudos artistes bienpensants en manque de notoriété et toute la caste journalistique (qui sans l’État aurait déjà fait faillite), le Gégé s’en est prit plein la gueule. Toute cette clique n’a pas apprécié de voir un monument français qui donnait encore l’impression d’un nivellement par le haut de la culture française leur faire un magnifique bras d’honneur. Mais Gérard Depardieu est l’un des derniers et a décidé de quitter le navire plutôt que de sombrer avec. Après lui, hormis un Luchini et deux ou trois excentriques, il ne nous reste plus rien. C’est pour cela que chaque jour qui passe je vois la France devenir de plus en plus une petite dictature numérique et de l’information. Un pays où une sculpture atrocement laide intitulée Le vagin de la Reine exposée à Versailles ou un plug anal en plein place Vendôme représentent l’art moderne et sont ventés par notre gouvernement ou nos élites a tout pour faire fuir les derniers bastions de bon sens.

Je finis cet article par un épisode de South Park (on aime ou on n’aime pas) traitant justement de ce sujet sur un ton satyrique et décalé.

Vous pourriez aimer...

1 Commentaire

  • Reply sikis izle 8 mai 2016 at 5 h 30 min

    Superbe blog, qui transpire la passion à l’état pur…

  • Laissez un commentaire