Actualité, Conseils, Coup de gueule

L’incompétence au travail

1 avril 2015, 0
principe de peter, incompétence au travail, incompétent, damovin, concept de peter, incompétence

Le fléau de ce siècle est l’incompétence au travail. Il accapare énormément de ressources et de temps aux entreprises et aux personnes. Le principe de Peter explique que dans chaque organisation, on finira, par le truchement des promotions ou des fourberies, à voir un poste occupé par un incompétent.

Avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité.Laurence J. Peter et Raymond Hull

Dans cet article, je vais vous parler des niveaux d’incompétence et de leurs répercutions sur la santé mentale : le syndrome de Damovin.

Commençons d’abord par le principe de Peter et essayons de définir ce qu’est l’incompétence !

Dans notre vie, nous avons d’avantage à faire à des incompétents que l’inverse. Chacun son opinion personnelle, mais pour moi, le foyer même où les incompétents se réfugient (car il y voient de la lumière et du chauffage) se trouve dans les administrations publiques. Pas toutes ! Loin de là. Heureusement, il existe encore et toujours des bastions imprenables parmi ces gens-là. L’avantage de la fonction publique est qu’il n’existe pas de licenciement, de retenue sur salaire ou autre quand un agent public fait preuve d’incompétence, même la plus crasse possible. Au pire, il se fera taper un peu sur les doigts et sera mis à pied une ou deux semaines maximum, mais ce n’est réservé que pour les cas extrêmes, comme par exemple ces cheminots qui avaient frôlé la catastrophe dans la région parisienne car ils étaient en train de picoler sur leur lieu de travail. D’ailleurs, une manifestation des syndicats et une grève avaient eu lieu pour protester contre leur mise à pied…

Dans les sociétés privées, l’incompétent n’est pas toujours là où on le pense. Il se cache, est fourbe et est capable de s’accaparer les mérites des uns en rejetant ses fautes sur les autres. Souvent, c’est assez proche du pervers narcissique, mais c’est encore un autre sujet.

À mon sens il y a plusieurs types d’incompétents :

  • L’incompétent de nature : il aura beau être bardé de diplômes, de soit-disant recommandations ou autres, quoi qu’il fasse, il ne fera que créer des ennuis et n’en assumera jamais la responsabilité grâce à sa grande capacité à louvoyer. Il paraîtra toujours au début comme quelqu’un d’indispensable et réussira à faire son nid pour se retrouver en position de force. J’en suis toujours au point à me demander si ils le font consciemment ou non. Certains oui, et on appelle cela plus communément des escrocs, mais pour d’autres il est plus difficile de les percer. Celui ci est le plus dangereux pour une entreprise.
  • L’incompétent félicité : celui-ci rentre parfaitement dans le cadre du principe de Peter. Même s’il était compétent dans une tâche de subordonné, là où il a été placé suite à une promotion, il ne réussit plus. Généralement, c’est quelqu’un d’assez imbu de sa personne (suite à sa promotion) et qui n’a de cesse de courir partout pour occuper l’espace et montrer à tout le monde qu’il est important. Cet incompétent là n’a généralement pas conscience de son état, car sinon, pourquoi recevoir une promotion ?
  • L’incompétent chronique ou passager : ceux-là sont assez difficile à traiter d’un point de vue humain. Chaque personne peut avoir des problèmes dans sa vie personnelle, qui peuvent influencer son travail. J’ai lu un article de presse un jour où il était question d’un licenciement d’une personne qui n’était plus performante au travail suite au décès de son fils. Il est très difficile de remettre en question quelqu’un dans une telle situation, mais le licencier, est-ce la bonne méthode ? D’un point de vue religieux, si une personne est dans le besoin et que nous sommes en capacité de l’aider, alors il faut le faire. Je ne peux donc pas cautionner ce genre d’abus de la part d’un employeur. Des solutions peuvent exister, à condition que l’État ne vienne pas y fourrer son nez, comme dans le cas où une entreprise fut redressée car ses employés s’étaient cotisés pour offrir leurs RTT à une collègue afin que celle-ci puisse accompagner sa fille atteinte d’un cancer jusqu’à sa mort. Généralement, un temps de repos ou une charge de travail moindre, accompagnés de temps de discussion avec le psychologue de la boîte ou le directeur aideront à faire revenir les choses à la normale.
  • L’incompétent idiot du village : lui il n’est pas vraiment dangereux, quand bien encadré. Il fait partie du staff de l’entreprise et n’accomplit que des tâches aisées pour le commun des mortels, mais ingrates. Il est gentil, mais naïf et long à la détente. Il faut en général surveiller tout ce qu’il fait comme on surveille un enfant qui s’amuse à nous aider à cuisiner.
  • L’incompétent je m’enfoutiste : celui-là, virez-le immédiatement !
  • L’incompétent (ir)responsable : celui-ci rentre mieux dans la case du « petit con prétentieux ». Généralement, il sort d’une école de commerce ou est le fils de. Bref, il arrive à son poste grâce à un diplôme sur-évalué, au copinage de « cercles », ou tout simplement car il est né dans la bonne famille. Celui-ci n’a aucune idée de son incompétence et pense être au top des qualifications requises, il sait tout faire (enfin… déléguer) et ne supporte pas qu’on le contredise. Il ne se mouille jamais, il est un donneur d’ordre ! Pour lui, quand il donne un ordre, même illogique et absurde, ce ne sera qu’audacieux et novateur, il doit être exécuté sans la moindre faute. Afin de mieux comprendre cela, je vous invite à regarder cette vidéo :

Avec ces quatre formes d’incompétence au travail, je pense en avoir identifié les principales. Bien sûr, il existe d’autres sous-incompétences et chaque cas est plus ou moins unique, mais à partir de là on peut avancer dans cet article.

Les principales conséquences à l’incompétence sont multiples, en voici quelques unes :

  • Elle peut dans le pire des cas entraîner la faillite de la meilleure des entreprises (la société Next House est un très bon exemple) ou faire complètement capoter un dossier ou contrat qui aurait pu avoir des répercussions énormes pour le bien être de la société. Exemple : Un comptable un jour, à l’heure de la pause de midi, reçoit un soit disant appel de la société mère qui lui ordonne de faire un transfert (l’équivalent de toutes les réserves) sur un compte en Israël. De peur de décevoir et voulant se démarquer, il réalise le transfert sans en avertir ses supérieurs, ce qui entraîna la faillite de la filiale et une crise économique dans la maison mère.
  • Elle peut rendre un résultat désastreux qui devra être réparé à coup de scotch et rustines dans l’espoir d’équilibrer le tout afin que ça paraisse présentable au client ou collègues. Exemple : A est chargé de faire le stock mais fait une erreur dans son travail et l’entreprise accepte de livrer un client avec un produit qu’elle n’a pas. Cela entraine un retard, perte de confiance du client, coût pour satisfaire le client et réduction sur une prochaine commande pour le conserver, etc.
  • Elle peut être dissimulée et ressortir un jour comme l’effet d’une bombe sans prévenir personne avec des résultat qui peuvent faire couler une société. Exemple : un informaticien bâcle le travail sur un logiciel de gestion du personnel, au premier bug les salaires arrivent en retard, la comptabilité est à recommencer à zéro, ce qui entraine des retards de paiements des fournisseurs, des salariés, etc.
  • Elle peut être générale ou minime, et à force de se cumuler peut devenir aussi dévastatrice qu’un cyclone de catégorie 5. Un promoteur immobilier auto-proclamé obtient un chantier. Durant la construction une succession d’erreurs seront commises. À la livraison de l’édifice tout s’écroule, ou pire, avec ses occupants à l’intérieur.

Le syndrome de Damovin

Nous avons vu ce qu’est un incompétent et quelles peuvent être les répercussions dans une entreprise privée. Mais peu parlent des compétents et des répercutions pour eux.

Le syndrome de Damovin est le résultat d’une étude longuement menée par un laboratoire scientifique très sérieux dont le siège se trouve dans ma cuisine autour de quelques bières.

Le Damovin (terme pouvant être utilisé comme adjectif ou nom propre ou nom commun) est un mélange de plusieurs noms des pires incompétents rencontrés dans ma carrière. Le syndrome de Damovin est, comme je vous l’ai expliqué, les conséquences de l’incompétence au travail (ou damovinisme) sur la santé mentale d’une personne compétente. Lorsqu’une personne est jugée saine d’esprit par ses partenaires, collègues et clients, et qu’elle est confrontée dans son travail à un Damovin, cela peut à la longue entrainer des perturbations dans son psychisme, voire dans le pire des cas le transformer lui aussi en un incompétent je m’enfoutiste ou chronique, ou le faire rentrer dans une grave dépression.

Il n’y a rien de plus rageant que de voir un travail accompli complètement foutu par l’intervention d’une seule personne. Il n’y a rien de plus démotivant que d’être confronté à un mur d’incompétence  qui fait tout ralentir et avancer au point mort toute une succession de personnes dépendantes du Damovin. L’une des situations les plus critiques est celle où vous êtes responsable de la venue de ce Damovin. Est-ce une forme d’incompétence que de ne pas savoir déceler à temps celle des autres ? Je ne sais pas, sans doute.

Généralement, le meilleur remède reste les vacances. Loin de tout, sans téléphone ou internet afin de se ressourcer et faire le point grâce à l’introspection. Il est important, pour se soigner du syndrome de Damovin, d’être proche de la nature et de revenir à l’essentiel pendant ce laps de temps afin de rentrer d’attaque pour lutter contre le Damovin. Il ne faut pas, bien sûr, partir et laisser tout tomber du jour au lendemain en laissant toute une équipe dans une situation critique. Il faut d’abord résoudre le problème, et ensuite partir se ressourcer et en faire une expérience afin de ne plus y être confronté. Malheureusement, vous serez toujours confronté à un Damovin dans votre vie… Ils sont trop nombreux.

principe de peter, incompétence au travail, incompétent, damovin, concept de peter, incompétenceMoi dans quelques années.

Dans cet article, je vous ai exposé brièvement une réalité à laquelle beaucoup d’entre nous sont confrontés. Se savoir compétent et incompétent dans tel ou tel domaine est une chose, travailler dans les limites de sa compétence en est une autre. Le but est de toujours progresser afin de s’améliorer et d’être d’avantage performant.

Dans un futur article je développerai avec vous le sujet « comment déceler un Damovin ».

Et vous ? Avez vous déjà été confronté à un Damovin… ou l’êtes vous ?

Vous pourriez aimer...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire